Bienvenue sur le forum de Sumnium-Mundum, un projet de RP se déroulant sur Discord, dont le contexte est totalement évolutif !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 << La vie d'l'Androgyne. >>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: << La vie d'l'Androgyne. >>   Dim 2 Oct - 18:31

Comment tout à commencé ?




Un soir comme tout les autres, une bouteille de bière dans ma main, un gâteau au contenue douteux, une jolie nana allongée contre mes cuisses, ma chemise rouge ouverte, mes pieds nus... Tout ça étais une norme dans ma vie, tout semblais normal.. Puis un sol froid, un endroit que je ne connais que trop bien, l'odeur de la craie. Une salle de classe. Des enfants, un petit rond, des regards me jugent... Le FDM. Je suis rentrée dans ce monde comme ça. Il a directement utilisé son arme la plus puissante sur moi. Ma peur.  Et je ne pensée pas qu'il puisse faire pire, mais rapidement j'ai état contredis. Les liens, peuvent être pire que n'importe qu'elle événement. 

_

Cher Journal, je vousdrais te parlée de mon enfance.
Je me souviens, je m'en souviens que trop bien. De ces rires, de toute cette méchanceté que les autres avaient envers moi. Pourquoi ? Maman, pourquoi les autres ne s'arrête donc t-il pas ? Pourquoi me frappe t-il, me jugent t-il ? Au fond je suis comme eux non ? Tu ma dis "Ils sont jaloux", mais maman c'est aussi faux que le père noël, pourquoi invente tu des choses pour me faire plaisir alors que je finirais pas savoir que toi aussi tu me mens. Ils ne sont pas jaloux, il se moque de moi, car je ne suis pas dans leur norme. Pourquoi ne puis-je pas être comme eux simplement. Un jour je ne serais plus la petite fille ronde aux long cheveux que l'on peut si facilement tirer et se jour là maman... Plus personne ne pourras me faire de mal. Ce jour la les mots ne pourrons plus m'atteindre, ni les coups. 

Avec le temps tout à finis par changée. La petite fille gentille, sage, enrobée avec ces longs cheveux brun qui ne se fait pas remarquée et qui pleure sans arrêt et devenue... Un vrai Ouragan. Un soir en rentrent de mon lycée je me suis placé devant un miroir j'ai regardé se reflet déjà plus mince qu'avant, j'ai pris une paire de ciseau au début j'ai regarder mes bras.. Et si la douleur pouvait me faire oublier tout ça, puis très rapidement je me suis reprise. Non Hayate, il ne te faut pas abandonner, tu dois te venger ! Changer et devenir plus forte que jamais. C'est alors qu'avec cette paire de ciseaux j'ai d'un coup coupé mes cheveux, j'en est rasé l'arrière et j'ai adopté pour cette coupe avec laquelle vous me connaissais aujourd'hui. J'ai eu tant de mal à franchir se cap.. Oser avancé... Ah tant de mal. Une fois mes cheveux coupée j'ai regarder mon armoire, j'ai jeter toute chose , chaque robe, chaque haut, chaque jupe. Tout les vêtements de mon ancien moi à la poubelle. J'ai pris tout l'argent que j'avais sagement accumulé pour mes études futur et je suis partis de chez moi. J'ai pris dans des magasins des vêtements sombre, bordeaux, noir rouge, violet.. Des chemises, des débardeur, des vêtements mixte, je me suis percé les oreilles, j'ai acheté ce rouge à lèvre bordeaux. Puis je suis rentré, je me suis allongée... Le lendemain au petit matin je me suis réveiller, je n'ai pas mangé. Maigrir, tu vas maigrir. J'ai attrapé dans mon sac d'achat des vêtements, une chemise que je fermerais jusqu'en haut, pas de soutiens gorge, je n'en mettrais plus, je ne serais plus dans leur norme. Un boxer noir, un slim de cette même couleur puis ma paire de converse.

Je me suis alors rapproché du miroir, rouge à lèvres bordeaux, les yeux marquée de crayon noir, l'équateur et la piercing mis la veille... Ah ma mère me tuerais quand elle se rendrais compte que j'ai liquidé mon argent. Mais elle m'aime. Je suis partis de chez moi, en me voyant passer ma mère ma regardée tombant son bol de thé en me dévisagent. Sans pouvoir dire un mots elle ma vue sortir d'ici. Elle ma vue m’affirmai. Je n'étais plus la même. Je suis arrivé au lycée, des réflexion sur mon nouveau look.. « La lesbienne » qu'ils disent. Je fis un sourire, j'avais toujours était attirer par les femmes, mais jamais je n'avais osée le confirmé jusqu'à maintenant. Leur mot ne m’atteignant plus, du moins c'est ce qu'affiche mon sourire, je ne les laisserais plus prendre ma fierté, mon sourire. Il y a eu des coups encore, des critiques... Mais, cette fois j'ai moi aussi donner des coups, oser ouvrir ma bouche, j'ai osée leur dire « Je vous emmerde ». Les premières personnes ont commencé à s’intéresser à moi, j'ai eu plusieurs copines que je larguée quand elle commençait à bien trop me déplaire, ou que je commençais à m'attacher. Une fois l'une d-elle à osée critiquer une autre jeune femme dans la rue, c'est alors que le lendemain je n'étais plus dans son lit.

Après ma première années d'affirmation aux lycée je suis partie du lycée, j'ai tout quitter et la... J'ai commencé à boire, fumer et tant de chose que je ne pourrais pas vous faire la liste complète en une vie. Ma mère indigner n'as jamais compris ce qui avait pus se passer dans ma tête. « Maman, regarde moi comme je suis malheureuse. Regarde comme ta fille pleure. »  Ma mère c'est remariée avec un homme, ils ont adopté un petit garçon du nom de Tian, mon petit frère qui était pour moi ma perle rare. Mon seul vrai soutient. Maintenant je suis loin de ma famille prise prisonnière de ce monde créer par un fou aux allures parfois bien trop Angélique et parfois moins.

Cher journal, la prochaine fois que je déposerais de l'encre entre tes pages, je te parlerais de ma vie ici, des gens qui ont marqué mon présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Partie deux.   Dim 2 Oct - 19:51


Cher journal, 

Tu sais j'ai le souvenir d'être arrive à GranLago avec le FDM, qui venait tout juste de me foutre dans une classe les pieds nus, l'odeur de la craie, des petits cons de 11 ans autours de moi. Bref, mon pire cauchemar. Puis une chaleur agréable ma retirer de ce cauchemar et je me suis réveiller dans une grande chambre plutôt agréable. 


Par la suite je suis aller me promener et je suis tombée sur la rouquine, genre la très bonne rouquine. Vous savez ce genre de personne qui ont une aura tellement forte que ça vous pousse à leur parler. Cette fille avait une combinaison de l'armée, surement une ancienne militaire aux sang chaud. Le genre de meuf qui est capable de te casser en deux sur un coup de colère. Elle avait se charme particulier qui me plaisait bien. Au départ je pense même que j'n'aurais pas dis non pour l'avoir dans mon lit ! 

Puis j'ai rencontrer mon Aguicheuse, genre la fille jolie, brune avec de long cheveux, un air qui me plaît particulièrement. Puis il faut que je vous dise... J'ai tout de même pus goûter à son nectar à mon aguicheuse. Elle n'avait pas trop le morale, je lui est proposer de lui remontée à coup de langue. Ah ah ! Mon deuxième jour fus un jour assez... Chaud. 

Puis... Alors que j'allais dans le salon ou se trouvait ce magnifique canapé rouge, une bière à la main je me poste dos à la fenêtre en face de ce canapé.. Un asiatique, un japonais comme moi, mais avec des yeux bleue. Bizarrement malgré le fait que ce soit un homme il dégager un certain charme qui au début n'étais pas spécialement visible, mais du moment ou nous avons commencé à parlée ce petit trucs est devenue gros. Ce charme, son caractère, ces mains, sa voix. Bref ici même  les hommes deviennent plaisant apparemment. 

Puis j'ai rencontrer la boulangère blonde, genre la jolie boulangère blonde.. Avec un sacré caractère. J'ai tenter de la draguer, mais en faite elle avait pas trop l'air d'accord. Du coup j'ai rapidement abandonner. C'est peut-être la seule d'ailleurs qui ma foutu directement en vent. Une hétéro à 100 % Ou je suis pas son genre ? Bref maintenant ça n'as plus énormément d'importance hein ? Elle ma fait une bonne pizza quand même.


A ce moment la, j'étais un peu perdu.. Perdu dans mes sentiments pour certaine personne, perdu dans ce que mon corps me réclamais. Je ne savais pas ou mettre la tête, mes pensées était dissipé par tout ce qui se passait dans ma tête. Je ne voulais pas m'accrocher. Ni devoir retenir un prénom, ni commencé à les prononcé je voulais juste continuer à m'amuser, à me faire plaisir et surtout faire plaisir au autres. Au fond j'ai toujours baiser juste pour faire du bien au autres, me sentir attirante, sentir que je plaît, pas pour l'amour, pas pour toute ces conneries effrayante auquel je ne croyais pas plus que ce que je croyais en la petite souris. "Maman si tu m'avais dit que dans la vie je rencontrerais des trucs comme ça, que l'amour sa existais plutôt que de me parlée de la magie, du père noël et toute ces conneries, si tu n'avais pas laisser partir papa."  Peut-être que maintenant je n'aurais pas si peur de tous ça, finalement maman, tu ne ma pas apprise les bonnes choses. 

Quand j'ai peur je suis égoïste, quand j'ai peur je renie ce que je ressens, je deviens une putain de folle qui cherche à ne pas se laisser détruire par ces choses inexistantes. Si un jour je pouvais une nouvelle fois faire confiance, si je pouvais fermer les yeux et m'endormir prêt de quelqu'un sans avoir peur de me retrouver seule. Si j'oser rester, si j'osais ne pas être lâche. J'ai tellement tendance à tout gâchée. Mon coeur n'es jamais fixe. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: << La vie d'l'Androgyne. >>   Sam 12 Nov - 14:28



Cher journal,

Ça fait un baille hein ? Avant je noter simplement quelque petite chose sur les personnes que j'ai rencontrée ici, mais maintenant je vais tout décrire , faire de mon mieux pour tout noter, pour me souvenir de tout ce qui est aujourd'hui dans ma tête. Depuis la dernière fois beaucoup de choses ont changé, trop de chose.

Me voilas seule dans une chambre qui n'est pas la mienne, une chambre sans effet personnel, une chambre d'emprunt, un peu comme ma vie. Soyons franc un instant tout le monde à déjà vécu une chose qui la changé et qui ne seras plus jamais pareil. Chaque mot, chaque geste que l'on à envers moi forge mon coeur, parfois mon corps. D'ailleurs je me souviens d'il y a quelque années en arrière.. Une fille : Aoi.

Aoi, ce passage sera surement l'un des plus longs de ce journal. Aoi ou Julie, ce sont des souvenirs par millier que se bouscule dans ma tête. Nous nous sommes rencontrée alors que je n'était pas encore la fille que je suis maintenant. A cette époque j'avais encore les cheveux long, elle était blonde très mignonne déjà. Elle était mon amie la plus fidèle, la seule sur qui je pouvait réellement compter, cette fille qui avait mis un pansement sur mon coeur abîmer.

Nous avons passé tant de temps ensemble, l'une la pour l'autre et petit à petit mes sentiments envers elles ont évolué en la chose la plus terrifiante, la plus troublante, la plus excitante et la plus belle de toute : L'amour. Je n'osais pas lui dire, je n'osais pas lui expliquer que sa meilleure amie était lesbienne et qu'elle c'était amouracher d'elle, que cette fille avec qui elle partagé tout était tombée amoureuse d'elle que lorsque elle était prêt d'elle, elle n'avait qu'une envie : l'embrasser.
Ah cher journal, je suis soulagé de pouvoirs écrire ces mots en sachant que personne ne pourras rien contre moi, qu'ils ne pourront jamais être lus.

A cette époque j'étais encore une fille fragile, une fille victime.. Mais je n'étais pas si malheureuse encore, pas au point de vouloirs tout changer. Pas encore. Puis un jour j'ai décidé d'avouer ce que je ressentais à Aoi, dans une lettre que je lui est donner en main propre avant de ne partir en courant. Cette lettre à eu l'effet d'une bombe.. Surtout que après lui avoir avoir donner entre ces doigts.. Plus jamais, je n'ai eu de ces nouvelles, pas une.

La douleur, le mal, la souffrance. C'est à ce moment que j'ai décidé de changer.

Aujourd'hui la vie à remis Aoi dans ma vie, elle est la et tout semble bien différent. Pourquoi as-t-il fallut que d'entre toute les personnes sur terre se soit elle qui reviennent. Celle qui est autant ma meilleure amie que celle qui est en partit la cause de ce mur autours de mon coeur. Je ne peux pas en parler, d'ailleurs je ne pense pas le vouloirs, je préfère que sa reste entre elle et moi, malgré que sa me ronge encore de l'intérieur que ça me crève le coeur, que je passe mon temps à m'en vouloirs d'avoir eu le coeur si offert à cette personne. Maintenant on me demande de lui ré-ouvrir mon coeur, mais j'ai si peur. Si peur d'avoir mal, de recommencé les même erreurs alors que maintenant j'ai quelque chose à perdre : Ma fierté.



Shun, Mon Shun. Ce passage de ma vie doit être écris quelque part, il doit être marqué à vie, comme dans ce qui me sert actuellement de coeur. Il y a bien trop de chose à dire, à écrire des choses que je ne pourrais même pas avouer en temps normal. Cependant aujourd'hui , sur ces pages je me permet d'écrire ce que je ressens, ce qui me touche, ce qui brouille mon esprit et qui fait taper mon coeur dans ma poitrine.

Je suis peut-être pas une fille sage, ni gentille.. D'ailleurs pourquoi devrais-je l'être ? Mais avec lui tout est trop différent. Ce n'est pas le genre que j'aime regarder en temps normal, il n'as pas de seins et puis tout ce qui va avec. C'est un homme, c'est mon exception.

Je me souviens le jour ou je l'ai rencontrée je tentais de le séduire, le draguer sans bute précis, puisque j'agis ainsi avec tout le monde. Je ne pensais pas sérieusement qu'il prendrait de la place dans mon coeur et très rapidement sans comprendre comment cela était possible je me suis retrouver irrémédiablement attirer par lui.. Par son corps, pire par son coeur.

Le souffle coupé je ne voulais juste pas réalisé ce qui se passait. Non Hayate, tu ne peux pas, tu ne dois pas. L'amour sa blesse, sa fait mal. Puis tu es bien la, entourer de filles, baiser de droite à gauche, draguer si tu en as envie.. Alors pourquoi.. Pourquoi se satisfaire d'une seule personne ? Puis chaque jour, chaque minutes ma tête n'était envahi que de lui, de son prénom, de son odeur, de ces gestes.. De l'envie affolante de vouloirs toujours l'avoir prêt de moi, voir en moi.

Au début, je me disais que ce n'était que physique, que sa passerais, puis après j'ai eu peur que finalement ce soit lui qui ne pense que ça, que mon physique et que ça lui passerait.. Mais non, non. Ce liens tient, je ne sais pas pour combien de temps, ni même si il se briseras.. Mais il est la ce lien. Et ce grand Japonais, mon Shun à prit mon coeur entre ces doigts il la serrer plusieurs fois entre ces doigts sans jamais l'écraser.

Je ne suis pas romantique, je ne me dis pas que se seras comme ça toute ma vie, je ne me dis pas non plus qu'on auras des gosses ou toutes ces conneries .. Non, je vis au présent et ce qui arriveras, arriveras. Mais faite que cela ne me détruise pas une deuxième fois, parce que je ne suis pas sur de pouvoir me passé de lui. Malgré mon égaux et ma fierté je pense que cette place que je lui est laissé dans mon coeur rien qu'à lui est encore trop faible pour ne pas se reboucher.

Bref, tout ces mots.. Pour simplement m'avouer.. Que je l'aime putain. Je l'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: << La vie d'l'Androgyne. >>   Sam 4 Mar - 20:33

Cher Journal, 
Voilà un moment que je n'ai pas écris sur tes pages, en ce moment c'est le bordel dans ma tête, comme si un ouragan ou une tempête détruisais tout sur son passage. J'ai rencontré beaucoup de monde , je me suis rapprochée de certaine personnes que je connaissais déjà et éloignée de d'autre. Tout d'abord j'étais avec Wil, celui que je croyais être « l'ami » de Shun, Mon Shun. Quel connerie, ce mec ma caresser de gentillesse, puis son venin est sortie de ces lèvres, moi je buvais ces paroles, je gobé ce qu'il me disait, car après tout… Les autres lui font confiance non ?  Puis pourquoi me mentirait-il ? 

«Tout ça parce que ton mec te trompait avec un autre... Tss...  C'est d'un stupide... »

Cette phrase ma terminée, la douleur que j'ai ressentis quand cet homme trompeur ma lâcher en pleine gueule , un serpent avec son venin. Cela à déclenché en moi un quelque chose que je ne saurais décrire , pas de la jalousie, mais de la déception, de la tristesse et de la colère mélanger, embrouiller. Concrètement de base je suis « je m'en foutiste» de ce genre de truc, d'habitude ça ne m'effleure même pas… Puisque jusqu'à maintenant je n'avais jamais était fidèle (Ou presque), mais avec lui tout est différent. Peut-être que c'est ça « aimer ». J'ai manqué de confiance en lui et je l'ai blessé autant que que ça ma touchée tous ça pour un mensonge à la con. Je regrette d'avoir crus au parole du serpent, mais j'ai tellement de mal à faire confiance, j'ai tellement de mal à être complètement confiante et on ma tellement toujours fait regretter la confiance que j'offre, même toi Shun. Une fois. Je fais de mon mieux, j'essaie.. Mais c'est hyper dur. Je sais plus comment faire. D'ailleurs aujourd'hui encore je n'ai pas eu de nouvelle de Shun, je n'ai plus ces marques sur ma peau, je me sens vide et sa me brise.

Je me rappel d'une chose dont il faut que je me soulage.. J'étais à genoux, le coeur lourd, les yeux qui pique, la tête envahi de remord, puis de la haine envers moi-même et Wil… Et ma fierté qui en prenait un coup, qu'es que je haï ça, j'ai l'impression d'être ridicule et humilié, mais c'était pour lui, pour ne pas le perdre… Ca crain non ? Je me fais peur. Je ne suis pas ce genre de fille, je ne suis pas une vrai fille d'ailleurs, je ne peux plus me laisser autant aller, impossible. 

Je haï avoir mal, pourtant la j'ai mal et aimer fait mal, même très très mal. Je vais sûrement devoir mieux me protéger , mais cela risque de m'éloigner des autres et si je m'éloigne vraiment.. J'aurais mal aussi, mais.. Qu'un temps. Alors qu'es que je dois faire ? Être égoïste encore une fois ? Ou ..Prendre le risque d'avoir mal et de faire du mal . 

En parlant de faire du mal, j'en ai eu fait à cette jolie rouquine dont je me suis beaucoup rapprochée, c'est une fille sensible qui sans que je ne le décide envahi à petite dose mon coeur d'une amitié sincère et ça.. Ca me fait tellement peur. Mettre du recule, laisser une distance entre elle et mon coeur.. Tout ça. C'est égoïste hein ? Je suis égoïste. Ca ne changeras pas, je ne veux pas ne plus l'être je ne veux pas souffrir de sentiments, je ne veux pas donner encore ma confiance à quelqu'un. Et maintenant plus que jamais j'ai peur. Entre ces histoires avec Le serpent, Shun et Léo.  Léo.. L'dieux, l'idiot, l'abrutit. 

Je remarque que je l'ai encore appeler par son prénom, c'est vraiment une belle connerie. Ce mec la..  Pendant un petit moment j'ai crus qu'il me redonnerais goût à quelque chose, j'ai crus que peut-être se serais un gentil gar' avec qui je pourrais m'entendre, peut-être même un ami, un proche. Un quelque chose d’inexplicable tellement nous avons était proche l'espace d'un instant. Puis il à commis une faute, une erreur, un truc que je lui pardonne pas. Quand j'étais sur ce lit qu'il à planté ces crocs dans mon ventre, serrer sa mâchoire, puis écrasé de sa main mon visage et fais tomber de ce lit alors que finalement un peu avant je tentais de le consoler, nous nous étions rapprochée, nous avions partagé ce moment de complicité. Bref nous en revenons à la confiance qui est partit en couille et qui ne reviendra pas. 

La conclusion de tous ça ? Je ne veux plus faire confiance, mais si je n'accorde pas ma confiance, je perdrais Shun, peut-être que lui seule devrait l'avoir ? Peut-être ? Ou peut-être que je devrais retourner sur de bonne base. Je ne veux pas avoir mal. Plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: << La vie d'l'Androgyne. >>   Sam 4 Mar - 20:34

Nous sortons des jours de fêtes, des moments heureux et des chamboulements. Il s'en est passé des choses en si peu de temps, tellement de chose qui m'ont rendu heureuse. Des gens que j'ai découvert ou redécouvert. D'autre à qui j'ai tendu une nouvelle fois la main. Puis des moment qui resterons gravé dans mon cœur, comme le jour de Noël. 

Un peu avant Noël :

J'étais en compagnie d'Edward, ce mec qui est sûrement aussi tarée que moi, ce mec qui n'a pas de limite. J'aime le fait qu'il n'est pas de limite. Ce garçon à un brin de folie qui me pousse à rester pote avec lui, qui me donne envie de le connaître et d'apprendre jusqu'à ou vont ces folies. Ce jour la nous avons pris de la Kétamine assis sur un toit d'une boite de nuit de la ville, le regard en l'air a parler en matant les étoiles. Cette impression d'être détacher de nos corps d'être haut, tout la haut dans le ciel. Cependant l'effet apaisant a finis par laisser place au second moment « L’adrénaline » L'envie de bouger, faire les cons, de frôler le danger. Nous sommes repartis danser sur la piste, l'un avec l'autre puis l'un sans l'autre. Comme à mon habitude j'ai finis par nous mettre dans la merde et parlé de « Piscine » … Nous devions aller à la piscine et nous l'avons fait. Passant au dessus des grilles, ouvrant les portes de la piscine couverte et nous poussant à tour de rôles dans la flotte qui devait sans doute être assez fraîche.. Mais que voulez vous.. La kétamine ne nous laissait pas le temps d'avoir froid. S'amuser avant que tout s'arrête. Je l'ai pincé puis poussé dans la piscine, une vengeance qui me semblait juste au vue qu'il m'avait lui aussi pousser juste avant. Puis j'ai couru vers les douches pour qu'il ne m'attrape pas, mais il va bien plus vite que moi. Une fois attraper j'ai eu l'occasion de sentir le mur froid sur mon dos et le bouton d'allumage de douche sur lequel j'ai appuyais avec mon dos, l'eau encore plus froide que celle de la piscine est tombée sur nous.. La je l'es sentis, la kétamine perdant sûrement de son effet. Nous étions trempé et pas au bout de nos surprise. Edward à plaquer sa main au dessus de mon visage pressé le bouton d'alarme et ainsi appeler les pompiers. Jouant avec le feu nous sommes rester la l'un en face de l'autre attendent de voir qui serait le premier à partir se cacher puis finalement le bruit nous sommes retourner à la piscine avec le téléphone d'un des hommes qui avait eu le malheur de nous croiser lors de notre soirée. Filmant quelque connerie sur le portable j’entends finalement les pompiers et fait tomber Edward dans la flotte avec moi, je nous dissimule sous l'escalier veillant à ce que le téléphone au vidéo compromettante tombe à l'eau et meurt avec les souvenirs qu'il contient. 

Je me souviens que caché sous cette escalier les battements de mon cœur se faisait douloureux, la kétamine ne donne rien de bon. Les pompiers sont partis en balançant que sûrement deux adolescent était venue baisé dans la piscine, je ne peux m'empêcher de rire. Sûrement du au fringue sur le sol. Une fois ceux ci partis Edward et moi en firent de même. Pas sans difficulté. 

En résumé cher journal, ce gar' la est comme une dose d’adrénaline qu'on te balance en pleine gueule. Sûrement le genre de personne dont j'arrive facilement à me sentir proche, oh pas sans me méfier c'est certains ! Mais il me comprend parfois et me fait délirer. 

Si je devais lui donner un nouveau surnom ce serait sûrement ça « Mon Adrénaline » Je pense que c'est ce qui le représente de loin le mieux !

Prochain -> Noël [Shun]  
- Haru et Léo
- Julie et Hyun.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: << La vie d'l'Androgyne. >>   Sam 4 Mar - 20:34

Un noël merveilleux:

C'était la veille de noël assise dans mon lit j'entend quelqu'un frapper à ma porte, mais quand je me décide à me lever car personne n'entre, je ne trouve derrière la porte qu'une pomme, un post-it et une boite à cadeaux. Sur le post-it il était écrit "Change-toi", prenant la boite, j'entre dans ma chambre et ouvre ce cadeau. Un petit short et un débardeur d'un rouge vif, un rouge égale à la passion des sentiments que j'ai à l'égare de Shun. Brodée d'une pomme au niveau du cœur et le tout accompagné  d'un paquet de clopes parfumées. A ce moment Shun ne sait pas encore quel est mon vœux, je crois d'ailleurs qu'il est l'un des seules tellement j'en suis heureuse de se souhait ! Être homme ou femme à souhait , quel vœux aurais-je pus faire qui m'aurait fait d'avantage plaisir ? Je décide alors de laisser la surprise à Shun, pas sans appréhension... Car après tout il pourrait très bien en être effrayée. J'enlève mes vêtements pour enfiler la tenue faite pour moi. Puis par dessus j'enfile un gilet et des talons .. Talons avec lesquels j'ai galérer à marcher. Objet de torture ! Je me regarde rapidement dans le miroir et part finalement pour l'ascenseur. Chambre 303 me voilà, d'ailleurs à ce moment je me dis que nos chambres sont beaucoup trop loin. Pour l'occasion mes lèvres habituellement bordeaux était en rouge, rouge vif assortit à l'ensemble offert. Devant la porte de Shun une paire de chaussures identiques à celle qui ont périt dans la flotte lors d'une de nos disputes.. Je me souviens à quel point mon cœur c'est serrer puis relâcher en libérant un poids immense dans mon cota de peine. J'enlève le gilet qui cache se jolie sous-vêtements et ouvre lentement la petite poignet et observe alors la scène qui s'offre à moi lorsque j'ouvre la porte. Un Shun quasi nus avec écris sur sn torse au rouge à lèvres bordeaux "Joyeux Noël ♥ " J'ai surement du rougir au possible en le voyant ainsi, mais j'ai surtout dit le fin fond de ma pensée. "Joyeux est un mot trop faible, c'est un merveilleux Noël." 

Il a finit par me demander si ce n'était pas trop et j'aurais pus lui dire combien j'étais heureuse et que ce n'était jamais trop.. Puis que de toute façon malgré la gêne de m'être ramener ici en talon et très peu vêtu.. Il n'y a rien que je ne referais pas pour retrouver ce jours la. Mais je n'en est pas eu le temps, ces lèvres on rejoint les miennes et nous nous sommes embrassé amoureusement avec une passion sans borne un peu comme mes sentiments envers ce japonais au yeux bleu. Pendant ce baiser je deviens homme attendent sa réaction qui ne tarda pas. 

Ces sourcils se sont froncé et il c'est écarté de moi. J'ai crus un instant qu'il allait me laisser la.. Je lui offre un je t'aime , chose que j'ai toujours autant de mal à dire , il à alors regardé au niveau de mon short, puis tâter ma poitrine qui n'est plus du tout présente.. Ca ne change pas trop. Puis il tire sur l'élastique de mon caleçon pour s'assurer que j'ai bel et bien une queue. Oui je suis un homme Shun ais-je eu envie de sortir.. Mais ça ne se fait pas. Pas dans un tel moment.. Puis il pouffe de rire.. SOULAGEMENT ! Je me retrouve couverte de baisers.. Fin a ce moment "couvert" de baisers, un sentiments agréable, puis me voilà poussé dans le lit par un Shun surexcité et qui me fixe de ces si beaux yeux cyan. Il s'en suivit de chose plus intime, de ces mains qui découvre mon  corps d'homme et redécouvre mon corps de femme, puis de nouvelles expériences qui nous font partager de nouvelle chose de plus en plus intime. Entre les mots, les gestes, les baisers et notre unions. Cette nuit de noël fut forte en émotions comme en orgasme. EN bref un Noël avec Shun est un noël réussis.

J'aime Shun.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: << La vie d'l'Androgyne. >>   Sam 4 Mar - 20:35

HARUKA 



Comme un frère. 
Je ne parle pas souvent de lui, comme s'il n'était pas si important. Pourtant il l'est, plus qu'une simple connaissance il partage mais moment de faiblesse, m'ouvre les bras quand je ne me sens pas de dormir seul. Je ne pourrais sans doute jamais lui avouer à quel point il devient important, qui aurait cru que moi la meuf qui n'arrive pas à créer de liens peut autant m'en faire ici ? J'avais un petit frère dans le monde réel, mais lui prend une place semblable. Aucun des deux n'est de mon sang et pourtant le lien est si fort. Chaque jour qui passe me rappel à quel point il est dur d'avancée seule, mais je ne le suis plus. 

Je sais que je ne suis pas la personne la plus attentionné ni la plus douce, que j'ai un million de défaut et que mes doigts qui le pince l'agace, mais il est si important. Comme une défense contre le monde autour , une poutre qui retiens la fondation de se que je suis. Une des pierres de base qui tienne un mur. Un domino en équilibre qui si il tombe risque de faire suivre tout les autres.


C'était il y a déjà un moment, nous étions dans le monde des vampires,  j'étais dans une galerie découvrant pour la première fois le grand japonais qui plus tard deviendrait « Bébé » Ce jour la je l'avais interpeller par un « Hey grand brun » , si j'avais sus à quel point ce grand dadé serais de plus en plus présent dans ma vie après tout ça. Je me souviens de son cris de surprise pour lequel j'ai du me retenir de rire, mais suite à ça nous avons fait connaissance et de fil en aiguille le voilas encré dans un coin de mon cœur. Cette page de mon journal lui est destiné, comme pour le cas ou un jour si nous devons retourner dans nos monde, je me souviennent de lui. Mon bébé, car oui pour moi il à la bouille d'un bébé, c'est un mec bien, une personne qui mérite mon attention. Il n'a jamais levé la main sur moi ni blesser de quelque manière que se soit et je ne pense pas pouvoirs le remercier de ces bras qu'il à garder ouvert pour moi. De ces pincements qu'il à endurer provenant de moi. Bref. Je tiens à lui. C'est indéniable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: << La vie d'l'Androgyne. >>   Sam 4 Mar - 20:37

Sujet: La confiance. [Léo;Shun; Aela;Wil]   Mar 13 Déc - 11:08   




Cher Journal, 
Voilà un moment que je n'ai pas écris sur tes pages, en ce moment c'est le bordel dans ma tête, comme si un ouragan ou une tempête détruisais tout sur son passage. J'ai rencontré beaucoup de monde , je me suis rapprochée de certaine personnes que je connaissais déjà et éloignée de d'autre. Tout d'abord j'étais avec Wil, celui que je croyais être « l'ami » de Shun, Mon Shun. Quel connerie, ce mec ma caresser de gentillesse, puis son venin est sortie de ces lèvres, moi je buvais ces paroles, je gobé ce qu'il me disait, car après tout… Les autres lui font confiance non ?  Puis pourquoi me mentirait-il ? 

«Tout ça parce que ton mec te trompait avec un autre... Tss...  C'est d'un stupide... »

Cette phrase ma terminée, la douleur que j'ai ressentis quand cet homme trompeur ma lâcher en pleine gueule , un serpent avec son venin. Cela à déclenché en moi un quelque chose que je ne saurais décrire , pas de la jalousie, mais de la déception, de la tristesse et de la colère mélanger, embrouiller. Concrètement de base je suis « je m'en foutiste» de ce genre de truc, d'habitude ça ne m'effleure même pas… Puisque jusqu'à maintenant je n'avais jamais était fidèle (Ou presque), mais avec lui tout est différent. Peut-être que c'est ça « aimer ». J'ai manqué de confiance en lui et je l'ai blessé autant que que ça ma touchée tous ça pour un mensonge à la con. Je regrette d'avoir crus au parole du serpent, mais j'ai tellement de mal à faire confiance, j'ai tellement de mal à être complètement confiante et on ma tellement toujours fait regretter la confiance que j'offre, même toi Shun. Une fois. Je fais de mon mieux, j'essaie.. Mais c'est hyper dur. Je sais plus comment faire. D'ailleurs aujourd'hui encore je n'ai pas eu de nouvelle de Shun, je n'ai plus ces marques sur ma peau, je me sens vide et sa me brise.

Je me rappel d'une chose dont il faut que je me soulage.. J'étais à genoux, le coeur lourd, les yeux qui pique, la tête envahi de remord, puis de la haine envers moi-même et Wil… Et ma fierté qui en prenait un coup, qu'es que je haï ça, j'ai l'impression d'être ridicule et humilié, mais c'était pour lui, pour ne pas le perdre… Ca crain non ? Je me fais peur. Je ne suis pas ce genre de fille, je ne suis pas une vrai fille d'ailleurs, je ne peux plus me laisser autant aller, impossible. 

Je haï avoir mal, pourtant la j'ai mal et aimer fait mal, même très très mal. Je vais sûrement devoir mieux me protéger , mais cela risque de m'éloigner des autres et si je m'éloigne vraiment.. J'aurais mal aussi, mais.. Qu'un temps. Alors qu'es que je dois faire ? Être égoïste encore une fois ? Ou ..Prendre le risque d'avoir mal et de faire du mal . 

En parlant de faire du mal, j'en ai eu fait à cette jolie rouquine dont je me suis beaucoup rapprochée, c'est une fille sensible qui sans que je ne le décide envahi à petite dose mon coeur d'une amitié sincère et ça.. Ca me fait tellement peur. Mettre du recule, laisser une distance entre elle et mon coeur.. Tout ça. C'est égoïste hein ? Je suis égoïste. Ca ne changeras pas, je ne veux pas ne plus l'être je ne veux pas souffrir de sentiments, je ne veux pas donner encore ma confiance à quelqu'un. Et maintenant plus que jamais j'ai peur. Entre ces histoires avec Le serpent, Shun et Léo.  Léo.. L'dieux, l'idiot, l'abrutit. 

Je remarque que je l'ai encore appeler par son prénom, c'est vraiment une belle connerie. Ce mec la..  Pendant un petit moment j'ai crus qu'il me redonnerais goût à quelque chose, j'ai crus que peut-être se serais un gentil gar' avec qui je pourrais m'entendre, peut-être même un ami, un proche. Un quelque chose d’inexplicable tellement nous avons était proche l'espace d'un instant. Puis il à commis une faute, une erreur, un truc que je lui pardonne pas. Quand j'étais sur ce lit qu'il à planté ces crocs dans mon ventre, serrer sa mâchoire, puis écrasé de sa main mon visage et fais tomber de ce lit alors que finalement un peu avant je tentais de le consoler, nous nous étions rapprochée, nous avions partagé ce moment de complicité. Bref nous en revenons à la confiance qui est partit en couille et qui ne reviendra pas. 

La conclusion de tous ça ? Je ne veux plus faire confiance, mais si je n'accorde pas ma confiance, je perdrais Shun, peut-être que lui seule devrait l'avoir ? Peut-être ? Ou peut-être que je devrais retourner sur de bonne base. Je ne veux pas avoir mal. Plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas
 
<< La vie d'l'Androgyne. >>
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfant malade, androgyne séduit. [Nel]
» Gabriel-Saint, a.k.a. l'Androgyne [U.C]
» Mémoires d'une illettrée androgyne.
» La longue histoire d'un Ange...
» Heartbreaker version girl [Finish]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la communauté Sumnium Mundum :: Anciens invités :: Hayate Hirano-
Sauter vers: