Bienvenue sur le forum de Sumnium-Mundum, un projet de RP se déroulant sur Discord, dont le contexte est totalement évolutif !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un air supérieur, tu as dit ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas Hunt

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 25

MessageSujet: Un air supérieur, tu as dit ?   Dim 20 Aoû - 15:00


Thomas Hunt

                                                        24 ans ; 24 Juin 1992




Particularités physiques


Sportif, musclé, un mètre quatre-vingt pour le même nombre en poids. Yeux verts, base des cheveux brun, et au-dessus blonds. La nature ne lui aura pas craché dessus. Ses vêtements n'ont rien de remarquable, malgré la richesse dans laquelle il peut vivre. Ils sont banals. Sweat, débardeur, t-shirt, jeans ou jogging. Qu'importe. Même s'il peut lui arriver de se mettre sur son 31 quand il le veut. Pour lui, le physique ne vaut rien, il pourrait bien être en mode "clochard" un jour, et le lendemain avec une allure bien classe, il n'en aura jamais rien à faire.


Psychologie


Son caractère. Dans sa tête, c'est un joli bordel. Il faut le comprendre. Plutôt solitaire, même si la présence de quelques personnes ne le dérange pas vraiment. Égoïste, antipathique, provocateur et grossier à ses heures perdues. La race humaine l’écœure un peu. Alors pourquoi être sympa envers elle ? Envers lui-même ? Il n'a confiance qu'en lui-même et s'attache rarement et difficilement à quelqu'un. L'attachement pourrait lui donner une faiblesse, ou une toute autre vision de la race humaine et c'est ça qui l'effraie. Bien sûr, il a eu quelques potes, mais rien d'extraordinaire. Thomas est seul, et il le vit très bien, il n'hésite pas, d'ailleurs, à se vanter de ça, crachant sa haine aussi souvent qu'il le peut.


Passé


Ce monde n'est que pourriture.
Pourquoi en ait-il venu à une telle pensée ? Pourtant, Thomas est né dans une famille aimante, avec une richesse plus qu'énorme. Il ne manquait de rien. Il a toujours eu les meilleures écoles, et même en ne fournissant que le minimum d'efforts dans ses études, réussissait toujours à faire ce qu'il voulait. Un très bon élève, en somme. Tout allait bien. Sa bande d'amis, ses premières "amourettes", des disputes, des bagarres. Tout ce qu'il y a de plus banale dans la vie d'un garçon au collège. Sa richesse le rendait d'ailleurs plutôt populaire malgré lui, certains avaient de mauvaises attentions, comme abuser de sa naïveté. Ça a marché, pendant un temps. Mais arrivé au lycée, au cours de l'année, Thomas a changé, du jour au lendemain. Devenant ce connard provocateur et détestable qu'il est à présent, que tout le monde aiment haïr et dieu sait que le blond se plaît dans cette haine commune.
Alors pourquoi ? Eh bien, c'était un week-end, toujours aussi ennuyant et banal. Une balade en ville, seul, avec peut-être l'envie de faire les magasins. Mais ce jour-là, un attroupement dans une petite rue le fit changer son initéraire monotone, pour une fois. Curieux, bien évidemment, Thomas est allé voir. L'ambulance était présente, la police aussi, qui repoussait les gens un peu trop curieux comme lui. Mais il eut le temps de les apercevoir. Un père et son enfant. Lui hurlait à l'agonie, des cris perçants, que jamais on ne pourrait oublier. Dans ses bras, un corps, sans vie, caché sous un drap. Mort de faim, de soif, de froid, qui sait ? Ils vivaient dans la rue, de toute façon. Thomas n'avait jamais eu à faire à la mort. Et mourir si jeune... Les policiers n'avaient pas vraiment l'air choqués ou de ressentir quoi que ce soit.
Le jeune homme repartit aussi vite qu'il le pouvait chez lui, en essayant tant bien que mal d'oublier ce tragique accident. Cependant, la vision de l'homme en pleure lui restait dans le crâne, sans jamais vouloir s'effacer.
Le lendemain, rien dans les journaux, à la radio local ou à la télé. Personne ne parlait de cet enfant, mort tragiquement. Et tout ça parce qu'il était un habitant des rues. C'était évident que si ça aurait été lui, tout le monde en aurait parlé, la ville entière aurait été au courant. Mais là rien. Les gens continuaient de vivre, de rire, toujours en ignorant ces pauvres gens dans le besoin. C'est là que Thomas perdu tout amour pour l'humanité. Cet amour était devenu haine. Aussi bien les riches que les pauvres. Pourquoi y'avait-il une telle hiérarchie ? Pourquoi pauvre, moyen et riche ? Ça n'avait aucun sens. L'argent lui laissait à présent un goût amer. Il détestait sa place au sein de la société.
Pourtant, il aurait pu faire des dons, donner aux pauvres. Mais non. Ça ne servait à rien. Rendre un "pauvre" heureux en lui donnant de l'argent. Et tout les autres alors ? Hors de question.
Thomas quitta le domicile familial, évidemment, les poches remplis d'argents, pour s'installer dans un appartement miteux, où de jour en jour la crasse s'épaissit de plus en plus. Flemme de prendre une femme de ménage, flemme de nettoyer, flemme de tout. Il ne sort que très peu, vis reclus de la société, auprès de ses cigarettes, de ses bouquins et de son sofa.



Informations supplémentaires


• Quel est son rêve le plus fou ? Un monde où tous serait égaux, libre. Bref, plus d'argents.

• Quel est son pire cauchemar ? Vraiment ?

• En qui a-t-il le plus confiance ?  Lui-même.


      Avatar : Sangwoo - Killing Stalking


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un air supérieur, tu as dit ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La problématique de l’enseignement supérieur Ayitien
» L’enseignement supérieur à Cuba et la Nouvelle Université (de Leslie Yañez, vice
» Le peuple juif est-il supérieur ?
» Les grands problèmes de l'enseignement supérieur en Haïti
» Dans les délices de Capoue [Gabrielle°Paris]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la communauté Sumnium Mundum :: Les Invités du Faiseur de Mondes ::              Invités validés-
Sauter vers: