Bienvenue sur le forum de Sumnium-Mundum, un projet de RP se déroulant sur Discord, dont le contexte est totalement évolutif !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 8ème nuit. (os)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fabien

avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 45
Localisation : Bel-o-kan

MessageSujet: 8ème nuit. (os)   Jeu 23 Fév - 18:42




Misty Leria
Le mensonge est mon fantasme


Ce soir, la nuit, summum de toutes les peurs, accomplissement de la crainte, portait en son seins une chose, un être détruit par des jours d'isolement. Un chose plus qu'un être humain à vrai dire, dévoré par milles craintes et milles envies de meurtres, comme si cette créature à l'esprit pétrit de noir désirait plus que tout détruire son enveloppe charnelle afin que toute la douleur que son corps eu emmagasiné depuis son entrée dans ce monde puisse s'écouler entre les lattes du plancher de l'asile tel un épais poison noir, et gagner peu à peu le cœur de chacun des prisonnier de ce lieu afin de les corrompre dans le mensonge. Pleurant, hurlant dans un simple souffle, chacune de ses inspirations était un scandale selon son esprit, sa conscience lui hurlait que respirer était un combat vain, qu'elle devait s'abandonner a la douleur jusqu'à atteindre son paroxysme afin que son corps entier ne se broie sous les caprices du destin. La lune et les étoiles comme peiné par la souffrance de l’âme enchaîné par cette peur tenace l'enveloppaient de leurs pales lumières, et tout l'espoir d'une nuit d'été vint se poser sur le monstre que ce mode avait crée. L’étreignaient. La faisant suffoquer, agressé de toutes part par ces rayons lumineux, laissant couler sur ses bras le dédain d'un univers, elle qui se sentait parasite ici, elle qui n'avait rien à faire en ces lieux. Un rire saccadé vint détruire sauvagement le silence qui s'était installé a son aise dans la pièce, jusqu'à le faire fuir, le réduire a néant. Alors la créature oppressé par les astres de la nuit se mit a mouvement, un sourire vint se peindre sur son visage, un sourire dégoulinant d'un bonheur si factice qu'il était écœurant de le regarder, une face si faussement candide que la lune sembla en être outré, un nuage vint la voiler, laissant la nuit, berceau de toute ses peines, s'infiltrer encore un peu plus, se jeter sur le visage souriant pour le peindre de noir, marquer son territoire. Un grincement signifia a l'univers que la chose avait ouvert la fenêtre, laissant l'air froid et se languissant de retrouver le soleil caresser sa peau habillé d'une robe trop légère même pour les chaudes nuit d'été. La lumière de la lune revint se glisser sur sa peau et découper sa silhouette sur le fond noir comme si elle ne fut qu'une vulgaire poupée de papier. Qu'un vulgaire pantin. Ses pieds vinrent fouler la pierre du rebord de cette fenêtre,  ainsi debout, comme affrontant l'univers entier, comme cherchant au loin la fin de son destin, cherchant la mort ou la vie, un défaut a exploiter, une capacité a mettre en valeur, quelque chose qui pourrait briser ses chaines. Elle attendit et les aiguilles de l'horloge continuèrent leurs danse circulaire et incessante. Elle resta ainsi debout à encaisser les assauts du vent et de la lune, tandis qu'au loin le ciel se teintait de rouge sang, le carnage du soleil, les étoiles fuyant ce seigneur si puissant, qui de sa rage éternelle réchauffait la terre, qui dans sa grandeur éternelle illuminait le peuple mortel sous ses pieds.

-Non, ce n'est pas encore l'heure de prendre le thé a ce que je vois.

Ses doigts serrèrent si fort le bocal en verre qu'elle tenait entre les mains qu'ils en devinrent presque bleu. Un soupire traversa ses lèvres alors qu'aucune voix ne vint lui répondre, qu'avait elle espéré? Elle abandonna sa contemplation de l'astre du jour afin de reposer le bocal sur le sol, relâchant tout ses membres elle tomba a son coté. La vie, le désastre de son existence, elle aurait voulu pu y réfléchir, trouver des raisons de continuer d'exister, de continuer de polluer l'air de ses mensonges. Un frissons galopa sur sa peau quand elle pensa au mensonge, et son visage se tordit d'une expression loin du désespoir qu'avait pu contenir ses yeux jusqu'à lors, qu'est ce qui avait changé dans le jardin secret de ses pensé? Quelle plante carnivore, quelle fleur vénéneuse avait ainsi détruit la normalité qu'elle avait gardé précieusement jusqu'à lors? La peur revenait peu à peu dévorer son cœur, laissant son sang tacher son corps. Dans l'histoire précédant, elle fut un monstre qui répandait la peur et faisait couler le sang, rien n'avait changé tout n'étais qu'une répétition d'événement si prévisible. Elle infligeait la peur et faisait couler son propre sang. Pourquoi ne pas détruire les autres pour un simple plaisir d'équitabilité? La générosité était toujours une bonne chose quand on avait foulé le sol de l'enfer.

-La mort ne viendra pas me combler tout de suite, laissons les aiguilles danser un peu. Je l'inviterais pour le thé.


832 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
8ème nuit. (os)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la communauté Sumnium Mundum :: Anciens invités :: Misty Leria-
Sauter vers: